<strong> Algeria Alegria tout en sons <strong>

Algeria Alegria tout en sons

C’est un fait : le festival Uzès Danse s’articule comme un écrin à pépites chorégraphiques. Depuis plusieurs années, David Wampach en fait partie. Dans L’Ombrière, salle de spectacle récente, dont la structure de ses gradins, est idéale à l’observation de l’écriture mouvante et plurielle de 

<strong>Danya Hammoud conte plus vrai que nature <strong>

Danya Hammoud conte plus vrai que nature

C’est sur la scène du jardin de L’Évêché, lors du deuxième week-end du festival Uzès Danse, que Danya Hammoud a choisi de créer Devenir Crocodile, un solo onirique, combinant avec habilité écriture chorégraphique et narration orale. Dès lors, le son se fait entendre en premier, 

<strong>Immersion glaçante dans l’étang de Gisèle Vienne<strong>

Immersion glaçante dans l’étang de Gisèle Vienne

Les murs s’ouvrent. Sur la scène immaculée, inondée de lumière blanche, les murs entiers s’ouvrent doucement, laissant passer une première silhouette, puis une seconde. Aucune ne se regarde. L’une (Ruth Vega Fernandez) arbore une perruque de jais et des vêtements acidulés. Elle dit, les yeux 

<strong>Jan Martens danse l’exubérance d’Elisabeth Chojnacka <strong>

Jan Martens danse l’exubérance d’Elisabeth Chojnacka

La plateau immaculé, sur lequel Jan Martens s’échauffe pendant l’entrée du public dans la salle comporte un portant sur lequel plusieurs costumes attendent d’habiller le chorégraphe néerlandais. Derrière lui, un immense écran s’apprête à projeter les archives filmées d’Elisabeth Chojnacka, claveciniste hors pair, incandescente, disparue 

<strong>Come on feet, cas danse hybride <strong>

Come on feet, cas danse hybride

La maison de production belge Granvat offre une pièce chorégraphique et musicale en forme de tourbillon, où convergent footwork et danse contemporaine. Jouissif. Programmée pour sa première française au Festival de Marseille, Come on feet commence par l’entremise de deux musiciens, les frères Bert et 

Love Train 2020, dans le temps

Love Train 2020, dans le temps

Quand la salle est plongée, tout à coup, dans le noir, le plateau de LOVE TRAIN 2020 s’anime. Création donnée à la 40ème édition bis de Montpellier Danse, la pièce d’Emanuel Gat se dévoile au fond de la cage de scène, par un clair obscur 

Cherish Menzo, exaltante Video Vixen

Cherish Menzo, exaltante Video Vixen

Un plateau minimaliste et des jeux de lumière obscurs. Devant, une masse argentée, au loin, un micro arc-bouté à son fil et posé à même le sol. Qu’est donc Jezebel ? Pour sa 20ème édition, le Festival Actoral recevait la danseuse et chorégraphe néerlandaise Cherish Menzo, 

Ouwitting the Devil : Akram Khan laisse désormais le diable en coulisses

Ouwitting the Devil : Akram Khan laisse désormais le diable en coulisses

Dans la cour d’honneur du Palais des Papes, Outwitting the Devil s’était présenté sous une forme audacieuse, tranchée, d’un pessimisme dévorant. Akram Khan disait alors que le genre humain incarnait le diable. Il y avait là un certain nihilisme. Les 6 danseurs au plateau enchaînaient 

Avec Outwitting the Devil, Akram Khan plonge la Cour d’Honneur dans une claire obscurité

Avec Outwitting the Devil, Akram Khan plonge la Cour d’Honneur dans une claire obscurité

Une cour d’honneur comble attendait « Outwitting the Devil » d’Akram Khan, pour la première française donnée le 18 juillet dernier lors de la 73ème édition du festival d’Avignon. Invité pour la première fois, le chorégraphe anglais d’origine bangladaise a emmené les 2000 spectateurs dans un voyage 

Multiple-s compte juste

Multiple-s compte juste

 Contre le mur brut de la cour minérale de l’université d’Avignon, la nuit tombe sur un plateau éclairé par deux portant de néons. Dans Multiple-s, pièce de Salia Sanou très attendue au Festival d’Avignon, trois duos, ou face-à-face sont annoncés. Enracinement dans la terre natale