Come on feet, cas danse hybride

Come on feet, cas danse hybride

La maison de production belge Granvat offre une pièce chorégraphique et musicale en forme de tourbillon, où convergent footwork et danse contemporaine. Jouissif.

Programmée pour sa première française au Festival de Marseille, Come on feet commence par l’entremise de deux musiciens, les frères Bert et Stijn Cools, à la batterie et aux claviers, tranquillement, tandis que les six danseurs s’imprègnent de ces irrésistibles nappes électroniques, avant d’entrer sur le plateau.

Une fois en scène, ça danse d’abord en solo, le rythme de la musique donnant la cadence à laquelle le sol est foulé. En tenue amples et colorées, les interprètes entament des boucles à folle allure, tourbillonnent d’un point à l’autre de la scène. Les mouvements propres au footwork, cette danse clubbing née à Chicago dans les années 90, éclosent un à un dans une vitesse de danse virevoltante qui va de pair avec une musique live s’élevant en crescendo, tout en aisance.

Au fur et à mesure, Come on feet déploie une métamorphose de morceaux joués sous le ciel clair, enivrant danseurs et public dans un même élan, contagieux après des mois sans s’être rencontrés. En groupe, les six corps au plateau forment un bloc ciselé par une chorégraphie protéiforme et débridée de Quan Bui Ngoc.

Impossible de résister à cet envoûtement mêlant diverses influences, de l’electro à la world music. C’est inventif et espiègle, monté sur ressorts et tout en streetstyle, comme si Le Prince de Bel Air avait directement atterri sur une scène de danse contemporaine, cassant les codes des enjeux chorégraphiques courants.

Joyeusement possédé par cette énergie communicative, le groupe laisse sortir Boule Mpanya et reprend sa cavalcade sous les accents de son chant incantatoire, amplifié par une electro diablement efficace. Sous le ciel clair marseillais, c’est d’une grâce folle et d’une énergie vitale sublime.

Géraldine PIGAULT

COME ON FEET, GRANVAT Première française

les 19, 20, 21 juin à 21h00 au Mucem-Place d’Armes du Fort Saint Jean dans le cadre du Festival de Marseille

Conception Granvat 

Chorégraphie Quan Bui Ngoc 

Danse Samantha Mavinga, Boule Mpanya, David Kinkela, Joffrey Anane, Hendrick Ntela, Raquel Suarez Duenas 

Musique Bert Cools & Stijn Cools 

Chant Boule Mpanya 

Régie son Nick Symons 

Régie lumière Yann Windey 

Management Rockoco Diffusion Frans Brood

Companie granvat 

Coproduction KAAP Bruges (Belgique) ; STUK Louvain (Belgique); deSingel Anvers (Belgique) 

Soutien Sabam for culture (Belgique)



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *