Dans le rétroviseur de Mariano Pensotti avec Los Años

<strong>Dans le rétroviseur de Mariano Pensotti avec Los Años<strong>

Présentée en première française au Printemps des Comédiens, Los Años de Mariano Pensotti montre une existence en deux temps par une scénographie disposée en vis à vis.

Sur la scène de l’amphithéâtre d’O, au cœur d’un cube scindé en deux espaces distincts, les protagonistes évoluent respectivement en 2020 et 2050. Autour de la figure de Manuel, un architecte ambitieux qui s’improvise documentariste lorsqu’il rencontre un enfant vivant seul dans un bidonville de Buenos Aires. Recevant célébrité et lauriers en 2020 pour cet exercice de style cinématographique, Manuel à 60 ans est à la recherche du goût d’autrefois, mâtiné de fantasme quant à la trajectoire de son héros dont il s’imagine avoir sublimé la vie.

Par un savant jeu de narration, où la fille de Manuel raconte, façon voix off, mais incarne également son propre rôle en 2050 et celui de sa mère en 2020, le temps qui passe devient un personnage à part entière, avec les traces laissées, dont les souvenirs les regrets, et même la décoration embourgeoisée. Mariano Pensotti réussit un habile procédé scénique, presque cinématographique, où un pianiste à jardin, déployant une musique intradiégétique trouve idéalement sa place.

Et l’infatigable mère-fille-narratrice, d’annoncer ce qu’il va advenir ou de souligner ce qu’il s’est passé, parfois à la façon d’un chœur antique. Elle dira d’ailleurs à la fin de Los Años : « J’ai tellement parlé que ma voix me semble désormais étrangère ».

Malgré quelques phénomènes de répétition, la pièce excelle par sa propension à donner corps aux années qui s’étirent, filent et se bousculent. Au plateau, cela donne des mouvements perpétuels et passionnants. Ce regard mélancolique dans le rétroviseur possède quelque chose de vertigineux et de quoi faire réfléchir sur le rapport à la chronologie de nos propres existences.

Los Años de Mariano Pensotti
  • 8, 9 et 10 septembre : La Bâtie – Genève
  • 1er décembre : MA Scène Nationale – Montbéliard
  • 7, 8, 9 décembre : Le Maillon – Strasbourg
  • du 13 au 18 décembre : Festival d’Automne à Paris / Nanterre Amandiers – Paris



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.