Jean-Claude Carrière s’empare du Mahabharata

Jean-Claude Carrière s’empare du Mahabharata

La voix chaude et envoûtante de Jean-Claude Carrière a bercé le public du Printemps des Comédiens à Montpellier, samedi 3 juin. Cet illustre natif de la grande Occitanie a fait résonner son timbre dans le théâtre qui porte son nom. Devant des spectateurs conquis, l’homme de théâtre et de cinéma joue à domicile.

Carrière a déroulé sa lecture, imperturbable, durant près d’une heure et demi, tel un sage. Même les pannes de micro n’ont pas réussi à entamer pas sa fougue de comédien passionné. Ces incidents techniques lui permettent, une fois lancé, de dégainer quelques blagues qui renforcent davantage la complicité avec son auditoire.

Il faut dire que Jean-Claude Carrière maîtrise son sujet. Le texte du Mahabharata fonde la mythologie hindoue. Shiva, Vishnou, Krishna et des divinités moins connues incarnent cette spiritualité ancestrale. La narration menée par Jean-Claude Carrière retrace  mythes et légendes peu connues le temps de la représentation, donnée dans le décor d’Une Chambre en Inde, de Mnouchkine. Entre les persiennes et les meubles de bois, le conteur accompagné de musiciennes, se montre habité par cette saga empreinte de querelles dynastiques et guerrières, mais aussi d’amour.

Le public est aux anges. Même si Jean-Claude Carrière est la seule divinité qu’il vénère. Malgré quelques ronflements dans les derniers rangs, peut-être trop lointains, le retour de l’enfant prodigue suscite toujours l’enthousiasme du public montpelliérain.

Texte : Jean-Yves Alric, avec l’aimable participation de Sylvain Quissol.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *