Libertad, film solaire en duo

<strong>Libertad, film solaire en duo <strong>


La jeune réalisatrice Clara Roquet propose un récit d’initiation charmant dans son film Libertad, présenté en compétition long métrage du festival Cinemed. On y découvre Nora, 15 ans, qui s’ennuie dans sa maison de famille pendant ses vacances à la campagne. Elle rencontre Libertad, la fille de l’aide à domicile de sa grand-mère, malade. Une relation intense se noue très vite entre les deux adolescentes. Nora découvre les sorties, la rue, la fête. Elle prend progressivement conscience du monde qui l’entoure au contact de sa nouvelle amie.


Amitié intense

En réalité, Clara Roquet s’inspire de sa propre vie dans pour alimenter Libertad. « J’ai découvert ce sujet avec ma grand-mère qui avait Alzheimer. Elle a dû prendre une domestique », confie la réalisatrice. Les deux jeunes femmes prennent progressivement de l’importance à l’écran, au fil des scènes. Ces vacances leur permettent de grandir et d’affirmer leur force. Le film aborde frontalement la question des classes sociales. La jeune fille de bonne famille est confrontée à une immigrée qui a grandi dans les rues de Medellin. Mais les deux jeunes femmes restent unies par un lien profond, qui semble transcender les clivages de classes. « Il y a une confusion des identités. Nora raconte une de ses soirées du point de vue de Libertad. Ce qui efface les différences de classe », indique Clara Roquet.

Libertad permet à Nora de sortir des contraintes imposées par sa famille et du huis-clos de la maison de vacances. Cette dernière découvre progressivement les difficultés que doit vivre Libertad. Même si Nora aspire à se démarquer de son milieu social et de son conformisme de classe, les habitudes demeurent. « C’est une bourgeoisie qui n’est pas consciente de son pouvoir. Même si elle se veut plutôt de gauche. Ces bourgeois se pensent aimables et sympathiques alors qu’ils profitent d’un système d’exploitation. Ils n’ont pas de relations avec les autres classes », décrit Clara Roquet, qui en est elle-même issue.

Clivages de classe

Dans cette fiction au soleil, Nora doit constater que son mode de vie est loin d’être partagé par toutes les filles de son âge. « Nora prend conscience de la différence de classe et de sa position dans le monde social. Mais elle a du mal à trouver des réponses à ses questions auprès des adultes de sa famille. Elle va les chercher auprès de Libertad », ajoure Clara Roquet. La réalisatrice a eu connaissance du parcours de la jeune femme immigrée en écoutant l’actrice qui joue Libertad. « Elle vient d’un milieu pauvre de Medellin. Elle ressemble au rôle qu’elle doit jouer. Je ne connaissais pas ce milieu et c’est l’actrice Nicolle Garcia qui m’a permis de découvrir son parcours », confie Clara Roquet.

La jeune actrice, abordée lors d’un casting sauvage, parvient à créer le personnage de Libertad et à lui donner une personnalité singulière. Libertad et sa mère doivent travailler pour la famille de Nora et doivent subir toutes les tâches domestiques. « Ces femmes n’ont aucun pouvoir, elles n’ont pas de temps libre et subissent les contraintes imposées par la bourgeoisie. Elles n’ont pas choisi de quitter leur pays. C’est le seul moyen de trouver un travail pour survivre », précise Clara Roquet.

Ainsi, la sortie de l’adolescence se confond avec une prise de conscience sur le monde et sur les différentes classes sociales qui le composent. L’évolution de Nora, grâce à Libertad, souffle un vent frais sur le cinéma méditerranéen.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.