Quand Ibrahim Maalouf enflamme Marseille

Quand Ibrahim Maalouf enflamme Marseille

Le 1er décembre dernier, Magmaa a eu la chance d’assister au concert du trompettiste franco-libanais Ibrahim Maalouf au Dôme de Marseille. Dans le cadre de sa tournée, qui dévoile son treizième et dernier album S3NS, le virtuose du cuivre faisait escale sur les bords de la Méditerranée. Récit d’un dimanche soir bouillonnant et tendre à la fois.

Sur les coups de 19h15 en ce 1er décembre, le Dôme affiche quasi-salle comble. Tout le monde attend le maitre de cérémonie, qui ne mettra finalement pas très longtemps à arrivée, puis distillé ses premières effluves cuivrés. Doux comme ce soir d’automne, Ibrahim Maalouf présente ses acolytes du soir, qui ne sont pas moins de douze, du batteur à une section de cuivres, en passant par un bassiste, un guitariste, un pianiste mais également un percussionniste. Invité de dernière minute, Rolando Yuna, génie Cubain du clavier viendra également prêtée main forte à cette troupe, si tant est qu’elle en ait réellement besoin.

Ce besoin, si injustement assimilé au manque dans notre société actuelle, qu’il soit social, émotionnel, physiologique ou culturel, ne sera pas mis à l’honneur cette nuit-là. Invité à partager une musique métissée, le public se noie dans le plaisir ; pas vraiment rock, jamais entièrement pop, ni trop jazz mais à la fois rap. En atteste l’invité surprise Gaël Faye. Ibrahim Maalouf dépeint une musique aux multiples facettes. Elle se veut orientale, quand il interprète Beirut, un de ses plus grands titres, puis afro-cubaine quand il reprend les derniers morceaux de S3NS.

Ses interactions avec le public, nostalgiques et poilantes à la fois, dressent un tableau de son étonnante personnalité et de sa vie. Il y évoque sa sœur, par le prisme de la musique, du tendre morceau Maeva in Wonderland, qui lui est dédiée. Il met en avant la jeunesse, avec le classe orchestre drômoise de Livron-sur-Drôme, qui reprendra Happy Face, une des pépites de S3NS. Il se prend également au jeu de la foule marseillaise, lorsque, pour taquiner cette dernière, il plaisante sur la rivalité ancienne entre Paris et Marseille autour du ballon rond.

Le charisme que dégage Ibrahim Maalouf au travers de sa trompette, dirigeant ce spectacle tel un chef d’orchestre, se traduit par l’aisance de ce dernier à créer un véritable voyage musical et émotionnel, tantôt faisant pleurer son cuivre, puis le faisant chanter à la joie. En véritable mélomane, il se penchera plusieurs fois sur le piano pour en faire résonner quelques voluptueuses notes. Il clôturera ce show de deux heures sur Radio Magallanes, le dernier morceau de S3NS, dans une moelleuse ambiance mélancolique et onirique à la fois. Ne vous y méprenez pas, chanceux Marseillais, Marseillaises, vous avez bel et bien pu assister à l’expression musicale de l’un des meilleurs trompettistes de l’histoire. 

Ibrahim MAALOUF. S3NS, nouvel Album. Actuellement en tournée.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *