Pourquoi il ne fallait pas manquer une nuit à Marsatac

Pourquoi il ne fallait pas manquer une nuit à Marsatac

Marsatac est revenu enflammer Marseille, l’espace d’un week-end caniculaire. Pour cette 19ème édition, le festival s’est offert un nouveau terrain de jeu : le Parc Chanot et ses grands halls industriels. Tu n’y étais pas ? Dommage, parce que…

… déjà, un festival l’été, c’est vraiment un festival !

… avoir une reprise de Brassens, l’enfant de Sète, par le rappeur Demi Portion, un autre enfant de Sète, c’est vibrant.

… mais c’est surtout plus vibrant quand tu apprends par la suite que le mec avait la trouille sur scène alors qu’il est au-dessus de ce que l’industrie du Rap veut nous vendre aujourd’hui.

… d’ailleurs la Fonky Family à côté c’était vraiment moyen (sic).

… la salle était juste en feu.

… tellement en feu que certains se sont crus au Stade Orange Vélodrome et en ont profité pour allumer des fumigènes.

… même si le son saturait, tu aurais chanté toi aussi tous les morceaux de la FF.

… c’est le seul festival au monde où tu peux voir autant de personnes avec le maillot de l’OM que ce que la Chine compte de Chinois.

… au Royaume-Uni, ils ont Disclosure, mais en France, on a deux frères qui transpirent encore plus la musique :The Blaze.

… leurs mise en scène était, qui plus est, et de loin, la meilleure de la soirée.

… et pour parler de leurs sonorités en deux mots : c’est impossible. Apétissant, apaisant, revigorant, passionnant, excitant, séduisant, succulent, précieux, noble. Même un hammam, suivi d’un massage, puis d’une baignade et d’une partie de plaisir au lit ce n’est pas mieux.

… c’est démesuré ? OUI, une bière après 30 minutes d’attente, c’est bien meilleur.

… voir un mannequin immobile devant un piano et le DJ qui mixe on ne sait d’où, aa ne pouvait arriver qu’à Marseille (Cf Actress).

… transpirer et bouger autant, ça aide ton corps à éliminer les churros et burgers des foods-trucks que tu as engloutis en rentrant à 21 heures.

… pouvoir boire de l’eau, dans des robinets qui ressemble à ceux d’une cour de récréation, sans avoir à dépenser le moindre pesos, ça te rappelle que quand tu étais gosse : tu avais moins de soucis.

… ou bien ça t’aide tout simplement à t’enlever ta vieille pâteuse de soirée qui te donne une haleine proche de celle des rues marseillaises.

… le titre « I Heard » de Young Fathers sur scène, en live, c’est encore mieux que dans l’épisode 10 de la saison 2 de Ray Donovan.

… Nicolas Jaar s’amuse avec sa voix et ses instruments comme un enfant de 4 ans à la plage avec un seau et une pelle.

… sauf que lui ses pâtés sont bien plus réussis.

… en parlant de pâtés, on notera que les gens se sont pas mal retenus.

… avoir la chance de pouvoir écouter du rap, de l’électro, de la pop, et même un peu de rock, sans être oppressé, c’est rare.

… en même temps c’est plus simple quand les deux tiers des gens partent après le show de la Fonky Family.

… tu aurais fait un AVC devant la prestation de Powell. A la limite, heureusement pour toi que tu n’étais pas là.

… sauf que si tu n’étais pas là, tu aurais loupé la classe de De La Soul en live.

… tu sais, le genre de classe qui t’éclabousse tellement que tu n’as rien à dire sinon tu risquerais de passer pour un imbécile.

… en parlant de classe, on remerciera les gens avec leurs combinaisons de lapins, kangourous et autres marsupilamis.

… chez Magmaa, ça nous fait penser à ceux qui jouent encore à Pokémon Go. Du coup, s’il vous plaït : on arrête.

… louper quelques artistes, c’est toujours mieux que de ne rien voir du tout.

… par exemple, Birdy Nam Nam, on les a vu.

… bon ok, la Drum & Bass, ce n’est pas ce qu’ils savent faire de mieux. Mais comme dans une pizzeria, si tu as encore faim, tu te rabats sur une margarita.

… la margarita, c’est « Abbesses » ici.

… se retrouver dans le Grand Palais et tomber sur Alltta, c’est un peu comme gratter un Cash et gagner deux fois 100 euros : jubilatoire.

… à côté, Vic Alouqua est moins jouissive.

… puis quand tu sais que c’est 20SYL de C2C et Hocus Pocus aux platines, et Mr. J. Medeiros au micro, tu te dis que c’est normal.

… plus étonnants, ce sont les courbatures à la nuque le lendemain. Incontestablement, la meilleure performance live de la soirée pour nous: un savant mélange de hip-hop et d’électro, dosé à souhait, et étrangement énergétique pour une fin de soirée.

… donner à boire à tes fesses sur une pelouse, c’est élégant.

… sauf quand tu te rélèves. Mais bon, c’est pas grave, l’idée était là et merci Marsatac.

… prendre un bon bain techno avec Roman Flügel pour finir notre nuit, ça n’arrive pas tous les jours, surtout après avoir vu autant de prestations de qualité.

… voir autant de sourire, c’est quand même un peu dérangeant parfois.


Et même s’il y a toujours matière à discuter, afin d’améliorer certains aspects d’un festival qui est tout de même implanté depuis bientôt deux décennies dans le paysage culturel français, on le tire et le jette : chapeau Marsatac, pour la programmation, l’espace, le lieu et l’ambiance, qui nous rappelle, que oui, Marseille a bien son mot à dire dans l’offre événementielle musicale.