Hafsia Herzi, un amour au féminin

Hafsia Herzi, un amour au féminin

Révélée adolescente par Abdellatif Kechiche dans La Graine et le Mulet, Hafsia Herzi se lance dans la réalisation avec le film Tu mérites un amour. Elle y interprète également le personnage principal, Lila, une jeune femme qui peine à se remettre d’une rupture amoureuse. On la découvre recevant par ses amis des conseils plus ou moins pertinents, diverses tentatives afin de lui remonter le moral. Pour autant, Lila erre dans les rues parisiennes au gré des rencontres avec d’autres hommes, tentant d’oublier celui qui l’a trahie.

Film hors-système

En interview, Hafsia Herzi évoque surtout sa passion pour le cinéma. L’actrice revient aussi sur sa vocation de réalisatrice : « J’aimais écrire des histoires dans ma jeunesse. J’ai découvert les plateaux de cinéma avec La graine et le mulet. J’ai ensuite écrit des scénarios entre les tournages ». Elle se plait à conter des histoires d’amour, de couple ou d’amour maternel, inspirée par la ville de Marseille, qui lui permet de rencontrer des personnalités originales.  

Pour son premier long métrage, Hafsia Herzi contourne les contraintes des circuits de financement du cinéma français. Elle s’appuie sur un scénario qui a obtenu un prix en 2013 dans la réalisation de ce film auto-produit. Le budget s’en tient à 1000 euros. « Je voulais faire un film avec des inconnus, avec passion et détermination », confie Hafsia Herzi. Elle limite les frais de tournage et s’appuie sur une équipe de bénévoles. « On n’a pas payé le décor et je n’ai payé personne avant le passage du film à Cannes. Je n’avais ni distributeur, ni financement de chaîne TV, ni maquillage », précise la réalisatrice. L’écriture du scénario évolue également.

Des scènes sont réécrites sur place, en fonction du décor. Aucun texte n’est improvisé, mais un ton spontané se dégage. Ce tournage alternatif permet de diffuser une ambiance joyeuse. « On a franchement beaucoup rigolé, sans stress. On n’avait pas de producteur qui réduit le temps de tournage », souligne Hafsia Herzi.

Mélancolie de la rupture amoureuse

La réalisatrice revient aussi sur le contenu de son film. Les histoires d’amour au cinéma, ce n’est pas nouveau, mais Hafsia Herzi tient à donner son regard : « Je voulais apporter un point de vue féminin sur l’amour, la complexité des relations entre hommes et femmes, et le chagrin d’amour. Je pense que dans ces moments là, on n’écoute pas », précise Hafsia Herzi. Son film montre également les difficultés pour rencontrer la bonne personne et sur les errances de l’amour moderne. « C’est compliqué de rencontrer quelqu’un de bien. On a l’impression qu’on se vend, notamment avec les sites de rencontres », souligne Hafsia Herzi.

Elle s’appuie sur des observations et même sur une enquête puisqu’elle est allée interroger beaucoup d’hommes et de femmes. Sa matière fimique explore la déception amoureuse et le sentiment d’attachement malgré la trahison.

Dans cette veine, le personnage de Lila s’entoure également de figures originales, comme son meilleur ami. « Le meilleur ami, qui est drôle, incarne aussi la tolérance. Il a aussi des problèmes, il est fauché », indique Hafsia Herzi. En revanche, la liberté sexuelle n’empêche en rien la mélancolie. Dans le public, beaucoup se reconnaissent dans les personnages et les situations de cette génération Y, un peu perdue. L’humour apporté permet également de contrebalancer le côté plombant de la rupture amoureuse. En réalité, Hafsia Herzi parvient aisément à moderniser l’éculée thématique de l’amour via son regard singulier de jeune femme.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *