Caubère passe son Bac 68

Caubère passe son Bac 68

Le comédien Philippe Caubère, seul sur scène, évoque la vieille France bourgeoise et conservatrice dans Le bac 68 . Nous sommes plongés dans une riche  famille dans les années 1960. Ferdinand, version fictionnelle de l’acteur, veut devenir comédien. Philippe Caubère joue Claudine, sa mère catho tradi, qui déplore le choix de son fils jugé trop original. Elle préfère le chemin balisé des études de droit plutôt que de voir son fils se fourvoyer dans la voie littéraire et artistique. Elle ne cesse de défendre l’ordre moral, la famille, la tradition à travers un mode de vie conservateur, bien rangé.

Le quotidien de Claudine n’est pas uniquement bouleversé par le désir de son fils. C’est la révolte de mai 68 qui vient troubler sa paisible existence bourgeoise. Les ouvriers protestent et se mettent en grève contre son patron de mari. Les repères de la famille catholique vacillent quand ce sont des prêtres ouvriers qui mènent la lutte. Même la femme de ménage affirme ses idées anarchistes, « communiste en pire ». Le jeune Ferdinand refuse de se rendre en cours et se révolte à son tour. Le fils de patron dénonce également « la racaille bourgeoise ». Claudine constate que les jeunes se lèvent plus tôt pour manifester que pour aller en cour. Ambiance.

Le personnage de Claudine jette un regard ironique sur cette vieille France qui se range tour à tour derrière Pétain, de Gaulle et Pompidou. Le regard de la bourgeoisie conservatrice permet de bien mettre en relief la contestation de Mai 68. Néanmoins, à la fin de la pièce, Philippe Caubère interprète un prof qui fait passer le bac à Ferdinand.

Cette clôture se révèle plutôt décevante. Les rires se placent du côté de l’institution pour se moquer de la jeunesse. Il serait pourtant possible de ridiculiser l’absurdité du bachotage et du crétinisme scolaire. Mais le rire de gauche se place toujours du côté des institutions culturelles. Le reste du spectacle propose, à l’inverse, un regard ironique sur la France bourgeoise déroutée face à la révolte ouvrière.

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *