Dede, le long métrage géorgien qui a envoyé en taule le fiancé de la réalisatrice

Dede, le long métrage géorgien qui a envoyé en taule le fiancé de la réalisatrice

Le festival Cinemed de Montpellier réserve toujours quelques surprises. Dans la compétition officielle figure l’étonnant Dede de Mariam Khatchvani. L’histoire se déroule dans les montagnes de Géorgie, joliment filmées. La jeune Dina ne peut pas épouser l’homme qu’elle aime. Elle est promise à un individu de son village qui rentre de la guerre. Le film montre une jeune femme assoiffée de liberté qui défie les traditions ancestrales.

Mais l’aventure la plus épique se déroule dans les coulisses du long métrage. Une petite jeune femme surgit à la fin de la projection. C’est la réalisatrice. Cheveux roses et jean largement troué, elle détonne avec l’accoutrement traditionnel revêtu par le personnage de Dina. Mais Mariam Khatchvani a également grandit dans les montagnes géorgiennes. Elle s’inspire évidemment de faits réels pour la fiction.

Comédiens amateurs

Le tournage de Dédé constitue une véritable source d’inspiration. On imagine ce petit bout de femme diriger des colosses rugueux pas vraiment baignés dans le féminisme. En effet, tous les comédiens sont des amateurs tous issus de régions rurales de Géorgie. L’actrice qui joue Dina a été recrutée à travers un casting sauvage lancé sur Facebook.

Le tournage n’a pas été de tout repos tant les comédiens amateurs ne sont pas habitués à participer à des films. « Ils viennent un jour, puis on les revoit plus », confie la réalisatrice. A l’écran, l’amateurisme a aussi son charme. Des Géorgiens à l’accent rocailleux lâchent leurs répliques comme des coups de poing.

Bagarre générale

Mariam Khatchvani révèle une anecdote de tournage particulièrement savoureuse. Elle accompagne sa troupe de comédiens amateurs dans un bar. Avec l’alcool, les esprits s’échauffent. Les acteurs déclenchent une bagarre mémorable. La police géorgienne, pas réputée pour sa tendresse, intervient et embarque tout le monde. La justice se fait tout aussi expéditive. Le fiancé de la réalisatrice, venu défendre les acteurs, est condamné à 5 ans de prison. Les acteurs, eux, ont disparu.

Mariam Khatchvani attendra son fiancé jusqu’à sa sortie de prison. La réalité trouve une fin heureuse puisque le couple est aujourd’hui marié. Une belle romance sur fond de climat répressif. « Cette justice expéditive sera le sujet de mon prochain film », confie la cinéaste. On a hâte de le voir au Cinemed.

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *