Mon grand-père, chronique familiale

Mon grand-père, chronique familiale

Le roman Mon grand-père de Valérie Mréjen est incarné au théâtre par l’actrice Stéphanie Marc. Cette pièce créée par Dag Janneret au Printemps des Comédiens propose une succession de chroniques familiales pertinentes. L’actrice y exécute des gestes du quotidien : elle tartine des toasts, dresse le couvert, organise la décoration de la maison. Elle égrène en parallèle des anecdotes, étrangement familières, entre banalités du quotidien et portraits intimistes. Peu à peu, les membres de la famille prennent vie sur scène à travers ces récits juxtaposés.

Ces souvenirs anodins permettent pourtant d’évoquer des problèmes de société plus profonds. Les anecdotes révèlent aussi des chocs sociaux, culturels et générationnels. Le grand père est juif, trompe sa femme, et incarne surtout le patriarche autoritaire garant des valeurs traditionnelles. Il espère préserver l’homogénéité sociale de cette famille bourgeoise. Mais sa fille veut épouser un juif venu du Maroc, issu d’un milieu populaire. Ce mariage devient problématique et crée des tensions entre les différents milieux sociaux.

Stéphanie Marc incarne ce texte, entre attachement affectif et regard plus ironique et distancié. Tour à tour triste, mélancolique, joyeuse ou nostalgique, la pièce propose des descriptions qui respirent l’authenticité. Le public peut s’identifier ou forger son propre avis critique en explorant les codes et les conformismes d’une famille moyenne, à l’oeuvre de la fiction.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *